jeudi 1 septembre 2011

Rideau

Ca fait déjà plusieurs fois que j'y pense et que finalement je repousse l'échéance, mais je crois que cette fois c'est la bonne. Je vous annonce donc la fin de L'écureuil volant dans l'espace. Ce n'est pas nécessaire de se voiler la face, le blog était dernièrement de moins en moins drôle. Qu'il soit de moins en moins intéressant, au pire, ce n'est pas trop grave comme ça n'a jamais été l'objectif, loin de là. Mais si ça devient moins drôle, là, ça pose déjà plus problème.

Au début, le blog était fait pour ma famille et les amis pour donner des nouvelles et raconter un peu n'importe quoi. Assez rapidement, d'autres lecteurs ont commencé à prendre le train en marche et à suivre le blog, trouvant ce qui était publié suffisamment amusant pour revenir régulièrement.
Mais là, depuis deux mois, je tourne en rond, j'en viens même à raconter mes vacances et à publier des photos de petits lapins (même moi, j'ai parfois mes faiblesses). Si ça continue comme ça, dans un mois je vous donne des nouvelles de mon labrador (que je n'ai pas). Avant d'en arriver à ce stade de non retour et que mes amis me jettent des pierres de dégoût, je préfère tout arrêter. De toutes façons, depuis quelques temps j'ai de moins en moins de plaisir à publier des photos et à écrire des anecdotes, ce qui est assez embêtant puisque je ne fais que ça sur le blog.

En me forçant, je pourrais encore continuer, mais c'est justement là la notion clef à saisir dans la leçon d'aujourd'hui : je n'ai pas envie de me forcer.
Je tiens à vous remercier tous, puisque vous êtes un peu plus de 500 à suivre le blog chaque jour (en baissant un peu les statistiques car je doute que les gens qui tombent sur le site en tapant "parade amoureuse de l'otarie", "Geneviève de  Fontenay gantée de cuir" ou "barman qui pisse dans un verre" [j'aime vraiment beaucoup celui-là] trouvent vraiment ce qu'ils recherchent). A chacun je fais un câlin parce que je suis gentil.

Et puis, je n'ai pas encore dit mon dernier mot. Si ce n'est pas ici, vous me reverrez sûrement ailleurs, car si L'écureuil volant dans l'espace a fait son temps, j'ai encore un tas d'idées à mettre en application, faites-moi confiance pour ça.

Allez, on remet ses chaussures et on va faire un petit tour dehors pour se changer les idées.

Générique de fin :