mardi 5 juillet 2011

La termitière admnistrative

Comme j'ai déménagé récemment, il a bien évidemment fallu que je modifie tous mes papiers pour signaler mon changement d'adresse. La visite à la mairie a été une expérience plutôt impressionnante. Pour tout ce qui concerne les demandes administratives classiques (état civil, service social, assurance maladie, etc.), ça se passe au rez-de-chaussée, où j'ai fait toutes mes démarches. Il faut imaginer un énorme open space qui prend quasiment toute la place, avec les bureaux des employés de la mairie, mais sans que les visiteurs puissent y pénétrer. Il y a seulement un couloir qui est ménagé, proposant une série de guichets thématiques (demande de passeport, caisse retraite, cadastre, etc.), un peu comme les stands à la kermesse.

Au niveau du fonctionnement (ce que je dis ne concerne que le rez-de-chaussée, les étages étant organisés par services), c'est très simple : on commence par attendre en file indienne devant le guichet choisi que ce soit son tour. Puis, un employé vient, s'occupe de nous et repart plus loin dans l'open space à son bureau pour tapoter sur son ordinateur, mais sans qu'on puisse le suivre. Pendant qu'il s'occupe de notre dossier, il faut patienter dans un coin, afin de ne pas gêner l'autre employé qui vient au guichet pour s'occuper de la personne suivante.

En gros ça bouge dans tous les sens, autant du côté des employés que des visiteurs, sachant qu'il y à peu près 35 services, disposant chacun de trois à quatre guichets, dont dépendent 10 à 20 employés à chaque fois. L'avantage c'est qu'il y a toujours quelqu'un pour s'occuper de nous et que globalement il n'y a quasiment pas d'attente. Par contre, on ne sait jamais sur qui on va tomber et les chances de s'adresser deux fois à la même personne sont quasiment nulles, ce qui complique un peu les choses quand la situation n'est pas simple (sachant qu'il faut partir du principe que comme je ne suis pas Japonais, les choses paraissent forcément compliquées pour les agents administratifs, quoi qu'il se passe).

Je sais maintenant à quoi ressemble une usine de services. Et j'ai un peu eu l'impression de passer ma matinée dans une fourmilière, ou une termitière, ou n'importe quel autre nom d'habitat pour insectes bâtisseurs finissant en "ière" ("ruche" ne marche pas, par exemple).

3 commentaires:

  1. Apparemment c'est efficace comme organisation :-)

    RépondreSupprimer
  2. Tu dois quand même avoir un sacré niveau en Japonais pour comprendre l'administration du pays. Moi qui comprends déjà pas celle de France, je serais perdu.

    RépondreSupprimer
  3. vu le nombre de néons .....on comprend mieux pourquoi les japonais ont besoin d'électricité "en veux-tu en voilà" .....et on s'étonne de la prolifération de centrales nucléaires......

    RépondreSupprimer