vendredi 31 décembre 2010

Moustiques VS paillettes

C'est un peu vieux comme pub, mais il n'y a pas d'heure pour s'éblouir devant le produit anti-piqûres d'insectes. Surtout quand les filles du spot portent de si jolis costumes qui brillent. Et puis c'est de circonstance pour la St-Sylvestre.

mardi 28 décembre 2010

L'insecticide qui fait voir des fleurs psychédéliques

Je crois que certains publicitaires doivent rester un peu trop longtemps en contact avec les produits qu'ils essaient de faire vendre. C'est particulièrement vrai pour ceux qui vantent les mérites des différentes marques d'insecticides. Après les animaux qui font la danse du bassin, voici ces deux spots de pub, qui mêlent une mascotte d'ours, un ours polaire qui est en fait une mascotte d'ours qui porte un costume d'ours polaire, une mouche géante, un Bioman qui personnifie l'insecticide en question et une femme en détresse en kimono.



Et après on veut nous faire croire que les insecticides n'ont aucun effet néfaste pour l'environnement ? Ni sur le cerveau humain ?

dimanche 26 décembre 2010

Tenez bien votre gauche

La publicité peut se nicher partout, même sur les rampes des escalators en fonctionnement. Après tout, tant qu'on peut encore trouver un peu de place, pourquoi se priver...

samedi 25 décembre 2010

Nous sommes tous des Pokemon

A la gare de Kanda, sur le quai, un panneau indique où se trouve le "poké-spot" de la station. Sûrement un truc pour tamponner son agenda à l'effigie des Pokémon.
En tout cas, c'est Noël et Pikachû est content (j'ai appris récemment que les pikas existent vraiment et que ce sont de petits lagomorphes. On en apprend tous les jours, même le jour de Noël).

vendredi 24 décembre 2010

Vous reprendrez bien un peu de bigoudis ?

Allez, on s'installe au bac et on se détend.

jeudi 23 décembre 2010

Sur le bitume comme sur la glace

Synopsis : Un monsieur se réveille en retard pour aller au travail. Il se presse et n'a pas le temps de prendre son petit-déjeuner, ce qui est très mal. C'est pourquoi l'équipe de curling d'Aomori 青森 le rejoint et lui envoie un auto-cuiseur pour le riz plein à ras-bord afin qu'il puisse manger un peu avant d'aller travailler. Fin.

mercredi 22 décembre 2010

Comment ne pas se faire broyer les jambes par un train

Un panneau à la gare pour expliquer que si on fait tomber quelque chose sur les voies, il faut appeler le monsieur qui sera capable de récupérer l'objet chéri avec sa méga-pince. Comme exemple, ils ont choisi un chapeau avec un joli petit ruban.
Réellement, qui porte des chapeaux avec des rubans ?

mardi 21 décembre 2010

La corne du rhinocéros

Les hommes-scarabées ont aussi le droit de manger des bonbons aux fruits :

"A partir d'aujourd'hui, je t'appelerai Médor"

J'ai reçu mon relevé de banque du mois de décembre et je m'appelle désormais "Lilian Nathan" (c'est un peu difficile à porter au quotidien comme prénom composé). Il semblerait donc que le temps passé à remplir des formulaires bidons au guichet de la banque pour faire changer mon prénom n'a pas servi à grand chose (ce n'était que "Nathan" au départ). Je rends les armes et je déclare forfait : pour ma banque, je resterai définitivement Lilian Nathan pendant toute la durée de mon séjour au Japon.

samedi 18 décembre 2010

La vitamine pour catcheur

Aujourd'hui, une publicité pour les yaki-onigiri 焼きおにぎり (boulettes de riz grillées). La première n'a que peu d'intérêt, elle ne sert qu'à introduire la seconde :
Dans la seconde, donc, on retrouve la même boulette de riz grillée, mais qui cette fois-ci aide un pauvre catcheur qui ressemble un peu à un Bioman, et qui surtout est en train de perdre à la balle au prisonnier (ce qui est vraiment la honte ultime pour tout catcheur qui se respecte). Heureusement, petite boulette de riz grillée est là pour lui redonner des forces et lui permettre de gagner en faisant des saltos arrière :
 
Je me demande parfois ce qui se passe dans la tête des publicitaires. Et je ne m'explique pas non plus ce que vient faire l'espèce de panda derrière la boulette de riz grillée.

vendredi 17 décembre 2010

Cachez cette bouche que je ne saurais voir

J'ai raté le coup pour les coton-tiges, mais sûrement pas pour les masques de protection anti-contamination de son entourage. Ah ça non.
Sur la photo, on voit des masques double épaisseur, des masques avec des attaches renforcées et protège-oreilles pour ne pas se faire mal avec l'élastique, des masques saupoudrés d'ions argent (celui avec marqué "Ag" dessus au centre de la photo) et toute une série de masques décorés pour enfants ou non : avec des ours, des pandas, des trains, des voitures, des Pokémon.
Les gens préparent leur stock, on est parti pour 4 mois à ne pas voir la bouche des gens quand ils parlent, ce qui est assez désagréable.

jeudi 16 décembre 2010

Le coton-tige du ninja

J'avais prévu depuis longtemps une sorte de visite commentée des coton-tiges qu'on peut trouver dans les supermarchés japonais, mais Delphine et Alex m'ont devancé il y a quelques temps déjà et ils l'ont fait beaucoup mieux que je ne l'aurais fait. Je vous laisse découvrir par vous même : c'est ici.
Je ne résiste pas à vous montrer quand même les coton-tiges noirs, super design, super racés (idéal pour les ninjas afin de se nettoyer les oreilles en mission sans se faire repérer dans le noir). Personnellement, je trouve ça super contre-nature, ça a un côté pré-apocalyptique : si on fabrique des coton-tiges noirs, ça veut dire que la fin du monde n'est peut-être pas loin.

mercredi 15 décembre 2010

Des lotus à en couvrir un plan d'eau

Voici l'avant-dernière photo prise au zoo (on arrive au bout) : la vue du pont qui traverse le bassin. Dans la seconde partie à l'ouest du parc, il y a un énorme plan d'eau, parsemé de quelques îles où vivent des animaux (des lémuriens, des aigles, des pélicans, et d'autres trucs). Un pont permet de traverser ce bassin et de passer à côté des îles. En fait c'est plutôt une passerelle puisque que ça circule au dessus de l'eau.

En plus, le bassin est entièrement couvert de lotus sur toute sa surface. J'y suis allé en automne donc les lotus avaient fané et ça ressemblait un peu à un marécage transylvanien tout dégeu, mais je suis sûr qu'au printemps c'est très joli.

mardi 14 décembre 2010

Des sablés en forme de pigeon

Tiens, Elan noir, toute cette série de photos est spécialement pour toi, entre autres pour me faire pardonner à l'avance d'avoir oublié de te ramener des sablés en forme de pigeon de Kamakura (et aussi parce que les pigeons, des fois, c'est mignon).
 
Console-toi en te disant que tu en auras la prochaine fois. Et puis ils ne sont même pas spécialement bons, ces sablés, en plus.

lundi 13 décembre 2010

Et on ondule du bassin

A l'heure où vous lirez peut-être ces lignes, je serai probablement dans l'avion qui me ramène en France. Mais rassurez-vous, ce n'est qu'une petite cure de désintox de fin d'année pour remettre un peu de gras en circulation dans mon système sanguin. Je rentre au Japon dès que j'ai fait le plein de fromage, de tartiflette et de raclette. Comme je ne veux pas vous abandonner pendant ce temps, je continuerai à alimenter le blog comme si j'étais toujours au Japon. J'ai déjà programmé plusieurs notes, il y en aura peut-être moins que d'habitude (c'est-à-dire moins d'une par jour), mais comme ce sont les fêtes de fin d'année vous serez aussi plus occupés que d'habitude donc vous ne vous en rendrez même pas compte.

Pour réussir à tenir suffisamment longtemps avec les photos que j'ai d'avance, je compte combler un peu avec des pubs que j'ai mises de côté pour les jours de mauvais temps. Je commence avec celle-ci pour des repousses-insectes de la marque Kinchô 金鳥 (c'est la marque de katorisenkô avec le coq comme emblème). Admirez les mouvements du bassin et entraînez-vous à faire pareil devant votre écran (le lapin rose a l'air d'avoir trop bu, il ne tient plus debout sur la fin) :

dimanche 12 décembre 2010

Et je peux aussi lécher vos chaussures avec ma langue si vous le souhaitez

L'autre jour j'étais au café avec des gens du labo, histoire de faire une pause et de changer d'air. La serveuse du café, après nous avoir souri, s'être courbée dix fois, avoir tiré nos chaises pour nous aider à nous asseoir, pris nos manteaux et donné la carte avec autant de soin que si elle nous confiait le diamant perdu de l'Atlantide, est arrivée avec une caisse en plastique en me disant "Tenez monsieur, mettez votre sac dans cette boîte, au moins il ne se salira pas sur le sol de notre établissement. Ce serait terrible si ça devait arriver".

Des fois je me dis qu'ils en font un peu trop.

samedi 11 décembre 2010

Le couloir est mon placard

Comme les appartements de mon immeuble n'ont pas de genkan 玄関, la petite entrée qui sert à laisser ses chaussures dans les maisons japonaises, les gens préfèrent les laisser dehors, quitte à entreposer 5 ou 6 paires différentes dans un petit meuble réservé à cet effet. Si vous voulez une nouvelle paire de chaussures, rien de plus facile : il suffit de se promener dans les couloirs de l'immeuble, de trouver quelqu'un qui fait la même pointure que vous, puis de lui embarquer ses chaussures. En plus des chaussures que les gens laissent devant leur porte, le couloir de mon immeuble est rempli d'objets en tout genre. Ca va de l'écran d'ordinateur qu'on ne sait pas où ranger, aux skis, aux cartons qui ne rentrent pas dans le placard, etc.
Mon voisin s'est fait livrer un vélo l'autre jour mais il a la flemme de le monter pour l'instant, alors il le laisse dans le couloir (ces gens n'ont pas peur du vol).
Mon voisin de l'autre côté de la porte a quant à lui dû entendre parler du concierge qui a embarqué tous les vélos devant l'entrée de l'immeuble, car depuis trois jours il le laisse dans le couloir. Je lui ai demandé pourquoi il ne le garait pas dans le parking à vélo, ce qui me semblait quand même plus simple. Mais il m'a répliqué qu'au moins comme ça, son vélo est plus près de la porte et que grâce à sa technique, il peut partir une minute plus tard tous les matins. Où avais-je la tête ?
Quand un certain concierge va s'apercevoir de ça, je connais un vélo jaune qui risque de disparaître du paysage sans laisser la moindre trace de cambouis.

vendredi 10 décembre 2010

Le petit pain qui clignote

C'est pas vrai !? Décidément, Anpanman est partout. Cette fois-ci, il fait son malin sur un manège. Et en plus ses joues rouges clignotaient.
Je crois qu'il me fait un peu peur.

jeudi 9 décembre 2010

Aux grands maux, les grands remèdes

Malgré l'existence d'un parking à vélos à côté de mon immeuble, la plupart des résidents préfèrent garer leur vélo juste devant l'entrée. En journée ça va, mais le soir il y a parfois tellement de vélos qu'il est difficile d'accéder à l'entrée (surtout qu'il faut aussi éviter les chats agressifs qui se cachent entre les roues). Le concierge avait laissé un mot sur la porte le mois dernier qui disait, en gros, "bon, y en a marre, les vélos devant l'entrée, c'est fini".

Bien évidemment, ça n'a rien changé, mais on ne se moque pas impunément d'un concierge japonais. Ah ça non.
Hier je l'ai vu avec une camionnette en train de balancer tous les vélos devant l'immeuble en un gros tas, puis les embarquer à l'arrière de sa camionnette. Je ne sais pas ce qu'il en a fait, ni où il les a emmenés, mais tout ce que je sais c'est qu'il avait vraiment pas l'air content.

On ne brave pas l'autorité du concierge sinon il se fâche tout rouge.

mercredi 8 décembre 2010

Un peu de sucre dans votre cup of tea ?

Un joli mélange linguistique : du "tea au lait". Et Lipton n'est pas en reste niveau mélange en ce qui concerne le parfum de ses thés, puisqu'il s'agit d'un thé à la crème anglaise. Miam miam !

mardi 7 décembre 2010

De l'amour pour les volatiles nuisibles

"Prière de ne pas nourrir les pigeons. Ne pas leur donner à manger, c'est une preuve d'amour."
C'en serait presque touchant si on ne parlait pas d'animaux à moitié estropiés, stupides, et régulièrement victimes de mutations génétiques à cause d'ingestion de mutagène.

lundi 6 décembre 2010

Plonger dans une piscine de dollars

Aujourd'hui, je suis allé changer des sous contre d'autres sous, pour avoir quelques euros en poche en rentrant en France puisque ma carte bleue a expiré (au moins avoir suffisamment d'argent pour pouvoir subvenir à mes besoins en cas de train raté et pour lequel on me demanderais 47 € de frais de dossier pour changer mon billet). Il me fallait donc 200 €. Je vais voir la dame de la banque, je remplis le formulaire adéquat et voici le petit dialogue qui a suivi :
" - Vous préférez un billet de 200 ou bien deux billets de 100 ?
- Euh... on parle bien en euros, là ?
- Oui.
-Vous me prenez pour un Allemand ou quoi ? Non, je voudrais dix billets de 20 €.
- Hein ? Mais c'est pas pratique du tout ça.
[Lui ai-je demandé son avis ?]
- Eh bien faites-moi confiance, c'est sûrement plus pratique qu'un billet de 200 €. De toutes façons, la plupart des magasins refusent les billets de 200 €."

J'ai bien vu dans son regard qu'elle ne me croyait pas, mais comme j'ai insisté, j'ai fini par avoir mes billets de 20 €. En rentrant chez moi j'ai pu faire un éventail en billets, ce qui ne m'était encore jamais arrivé. C'est un peu comme le fantasme de nager dans un piscine de billets, mais c'est le cran en dessous.

dimanche 5 décembre 2010

Un placement sur le long terme

Cinq distributeurs de cigarettes répartis autour de la porte d'entrée d'une pharmacie, quitte à en cacher les vitrines. Un bel investissement dans l'espoir de développer sa clientèle...

[Si ce n'est pas encore fait et que vous vous demandez si les Chinois sont aussi foufous que les Japonais, je vous conseille d'aller voir si j'y suis sur le blog Plante pas tes baguettes dans ton riz ! Il est dans les liens sur le côté et il est très rigolo.]

samedi 4 décembre 2010

- Prêts les enfants ? - Oui, capitaine !

On m'a fait remarquer, à juste titre, que le blog manquait de Bob l'éponge. Je m'empresse de rectifier cet oubli avec cette photo de l'éponge carrée dans le train. Avec en prime une lycéenne japonaise aux gros genoux.

vendredi 3 décembre 2010

La nuit, tous les écureuils volants sont gris

J'ai été assez étonné, et plutôt agréablement surpris, de voir la place que le zoo d'Ueno consacre aux écureuils volants. Comme je ne l'avais jamais visité avant, je ne sais pas ce qu'il en est vraiment, mais j'ai l'intime conviction que le directeur du zoo est fan de mon blog et qu'il a réalisé tous ces aménagements récents en hommage à ce que je fais. Qu'il soit ici chaleureusement remercié (je lui ferai parvenir une corbeille de fruits pour Noël).
L'un des bâtiments est consacré aux petits animaux nocturnes, principalement des rongeurs et des petits singes, et on peut y trouver plein d'écureuils volants (ce sont d'ailleurs eux qu'on a choisis pour figurer sur la pancarte à l'entrée). Il doit y avoir 5 ou 6 enclos différents d'écureuils volants, mais ils ne sont pas faciles à voir. Déjà, il fait très sombre à l'intérieur, et en plus ils se cachent dans les branches. J'ai surtout senti leur présence amicale, plutôt que de les avoir réellement vus, mais il faudra s'en contenter pour cette fois.

jeudi 2 décembre 2010

James Bond va au zoo

Le zoo d'Ueno doit être en partenariat avec les services secrets britanniques qui lui livrent tous les gadgets dont James Bond ne veut plus (il se lasse vite). On a donc le droit à une débauche d'objets high-tech qui, en comparaison, font passer NASA pour le château de Moulinsart (le sens de cette comparaison est un peu difficile à saisir, j'en ai bien conscience).
Ca commence avec les singes, à qui on a donné une balance (on sait à quel point les singes font attention à leur ligne). Dès qu'un babouin monte sur l'espèce de siège à droite, le compteur placé derrière affiche son poids. Du coup, dès qu'un singe ne fait ne serait-ce que mine de s'en approcher, tout le monde essaie de deviner combien il peut peser.
"- Moi je dis 25 kg !
- Nan, 17 !
- 22 !"
C'est comme le Juste Prix, mais en mieux, et sans les lumières qui clignotent qui tuent les épileptiques.
Ensuite, il faut passer voir les chauve-souris et leur équipement de pointe. Sur le côté de l'enclos, au dessus du panneau avec les explications sur leur mode de vie et leur alimentation, on trouve cet oscilloscope qui indique les émissions ultrasons des bestioles.
Encore quelques années de recherche et on pourra sûrement transformer ce signal en une voix digitalisée, comme dans K2000, et on saura enfin de quoi discutent les chauves-souris entre elles. J'espère seulement qu'elles sont moins soupe-au-lait que Kit.

mercredi 1 décembre 2010

De l'amour dans les coeurs et dans les trompes

Au début, j'étais un peu étonné parce que contrairement à ce à quoi je m'attendais, le zoo comportait assez peu de pancartes mignonnes, de mascottes, ou de trucs dans le genre, alors que ça aurait normalement dû être l'endroit idéal. Heureusement, les éléphants rattrapent le coup.
Sur la photo du dessus, on voit l'éléphant au loin qui rentre dans sa cabane. "Mince, alors, se dit-on, je l'ai raté !" Sauf qu'en fait, on peut aller le voir chez lui (ou plutôt chez eux parce qu'ils sont plusieurs) et lui faire un petit coucou si on prend la peine de faire le tour.
Il y a une petite pancarte qui l'indique, avec un plan à l'appui, et forcément un dessin d'éléphant. Mais cerise sur le gâteau, les trompes des éléphants s'entrelacent pour faire un coeur (ce qui n'était pas nécessaire). Comme vous êtes gentils, vous aurez même le droit à un gros plan :